Les électrons libres

Un forum pour refaire le monde qui en a bien besoin
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 De l'insolubilité de ce dilemne...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
myrramax

avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : Savoie
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: De l'insolubilité de ce dilemne...   Ven 9 Mar 2007 - 23:46

C'était pas là que je voulais mettre ce truc, mais j'maîtrises pas trop alors tant pis!
Je savais pas trop où placer cette remarque, mais la voici quand même:
Depuis que ma conscience politique s'est révélée à moi, le jour où j'ai pris conscience que je pouvais agir sur mon environnement s'est posé à moi ce problème:
Dois-je parler autour de moi de mes convictions (ou observation) au risque de voir les gens que je cotoie me fuir pour excès de chiantise?
Dois-je militer au risque de me perdre dans les causes à défendre?
J'ai essayé un peu des deux, mais rien ne me satisfait vraiment, parce que dans tout les cas, deux êtres humains ne sont jamais complètement d'accord entre eux, alors trois ou plus!!
Par contre, en agissant conformément à mes principes dans la limite de mes possibilités, je fais quand même passer un message, celui de la tolérance, du respect de mon environnement...j'ai juste ma conscience en paix.
Alors je fais ce que je peux au quotidien:
Les exemples sont nombreux, prendre sa voiture le moins possible, acheter des produits de producteurs bio locaux, limiter les déperditions d'énergie, consommer des produits de fabricants (plus ou moins) éthiques (ça se dit?), montrer aux racistes (et y'en a par chez moi!) que quand il m'apprécie ils apprécient une métisse (et que le discours:"mais toi c pas pareil" ne tient pas la route), etc, etc...
Voilà mon militantisme à moi. Parce que cette bouffée d'oxygène que j'ai ressenti lorsqu'en signant l'appel à la candidature de José est vite retombée quand j'ai vu l'inertie de groupe qui nous atteint, cette inertie qui guette chaque groupe d'être humain de plus de deux. Pas notre faute, je sais, nous ne sommes qu'humains...
Retombée aussi quand j'ai vu les batons dans les roues qu'ON nous mettait (suis-je parano?).
Je suis tellement désespérée que je n'ai plus goût à rien, sauf à me terrer dans mon petit coin de paradis et laisser le monde vivre sa course effrénée vers sa fin.
Pourtant, les enjeux sont réels, la fin du monde tel que nous le connaissons par notre faute, la pauvreté et paupérisation de plus en plus généralisées, ce n'est pas un effet d'optique.
Et d'après moi, la cause principale, c'est le profit. Ce qui a toujours sous-tendu les actions humaines, de l'invention de l'agriculture (comment manger plus), à la découverte des Amériques (comment aller plus vite aux Indes) ou même la conquête de l'espace (comment rester/être les meilleurs)...
Ca me désespère, et mettre mon bulletin dans l'urne ne me semble pas une solution, non plus que de rédiger cette tirade ou de mettre la tête dans le sable.
Alors quoi? Construire un vaisseau spatial et s'enfuir sur une planète improbable pour construire une société qui ne me donnerait pas envie de vomir?
Bon, pardon pour tant de défaitisme (en plus, c'est même pas constructif). Et bravo à ceux qui auront lu tout ça de bout en bout.
Alors, je me suicide maintenant ou j'attends la fin du second tour? (c'est une blague bien sûr!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patrick

avatar

Nombre de messages : 128
Localisation : limousin profond , bien profond
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: De l'insolubilité de ce dilemne...   Sam 10 Mar 2007 - 13:21

on se paye tous de superbes gueules de bois cet an-ci ...
mais je pense que cette inertie de groupe dont tu parles ... et que nous sommes nombreux à percevoir ... elle nous est aussi largemement imputable ...
je pense que nous avons perdu, par rapport aux années 70, la capacité du débat ... ( j'ose pas dire "viril" de peur de me faire une fois de plus taxer de "vicieux masculiniste" lol!) ...
on débat plus entre nous, qui avons fait un certain nombre de constats communs, non, nous ne passons plus notre temps qu'a nous "auto-censurer" et à veiller sur la pureté idéologique des propos de ceux avec qui nous menons ce combat ... Nous sommes devenus des milliers d"allemands de l'est, agents de la Stasi contre nous mêmes ...
Nous sommes devenus des milliers d'autistes hurlant et cognant dés qu'un stimuli extèrieur vient envahir Notre monde ...
On prétend tenter d'inventer quelque chose de nouveau ... et on est en train de reconstruire l'inquisition ...
Comment pas avoir un sale gout dans la bouche ...What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soumission.sociale.over-blog.com/
myrramax

avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : Savoie
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: De l'insolubilité de ce dilemne...   Lun 19 Mar 2007 - 23:43

Merci pour ta réponse qui m'a (un peu) remonté le moral. D'autant plus qu'aujourd'hui est un jour de fête!
J'avais peut être besoin d'un coup de pied au cul virtuel...
Une autre France est possible
Un autre monde est possible
Ca demande juste de l'effort de notre part...
Pom pom pom...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sam telam

avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: De l'insolubilité de ce dilemne...   Mar 20 Mar 2007 - 7:48

Justement Myrramax, je suis en train de dev plusieurs projets qui ont
tous en commun de parler de "notre mémoire commune" en relation avec le
concept de "l' Autre et l' Ailleurs" trés utilisé ici en Midi Pyrénées
dans l' Education Nationale.

Tout ça pour te dire que les citoyens impliqués dans une lutte réelle
sur l' Egalité des citoyens de la terre existent, et que tu as bien
fait d' écrire ce post car, c'est en cherchant que l' on trouve.



Actuellement, je bosse sur la culture haïtienne, notamment sur "mûr à
crever" de Franketienne, et j' ai des projets en relation avec la
culture guadeloupeenne.



Toutes ces cultures, et on peut en dire autant du Maroc, du Mali, du
Vietnam, etc....font partie de notre mémoire commune. C'est pas une
appropriation de plus de néo-colonialiste, mais une tentative de créer
de l' activité rémunérée pour les artistes notamment, vivant ici, afin
de créer du lien social notamment dans les cités populaires.



Il est absurde et ignoble, d' exiger que des populations ayant données
leur sueur pour la prospérité d' un pays (mais surtout de quelques gros
patrons), voire leur vies (les tirailleurs senegalais, les spahis,
etc...) pour la liberté, se fonde dans un moule de "valeurs" qui aurait
la pétanque et la blanquette de veau pour alpha et omega.



Alors Albert Camus, né à Alger, n' a pas sa place au panthéon de
la littérature française, alors que faisait Senghor à l' académie
française?



De plus, ne considérer nos vies de citoyens que dans un cadre
franco-français, à l' heure de l' internet, c'est aussi restreindre
notre vision du monde à celle des gens de droite et extrême-droite que
je ne nommerai pas, car je m' efforce de ne pas employer de gros mots.



Le fait que les citoyens guadeloupéens, par exemple, soient le fruit de
la rencontre des africains, des europeens et des indiens caraïbes,
arawaks, primo habitants, a pour consequence, comme l' a si bien dit
Jorge Amado à propos du métissage au Brésil, qu'ils ont intégré le
meilleur de ces 3 ethnies et non le pire comme on voudrait nous le
faire croire...



Le fait que l' invasion arabe jusqu' à Poitiers avant Charles Martel
ait donné lieu à des métissages, c'est toujours l' amour qui
métisse, fait que certains habitants du Limousin, du Poitou , de l'
Aquitaine, etc...ont des têtes qu' on pourraient tres bien trouver, au
Caire, à Tombouctou ou Bagdad, il manque un peu de bronzage because
manque de soleil, mais il suffit de rester 15 jours dans un pays à 38°
et tout le monde se retrouve bronzé, comme j' ai pu l' expérimenter au
Brésil.



Mais je vais pas entrer dans du délit de faciès, simplement pour dire
que l' identité "française" est bien relative, bien hypocrite, et
surtout jacobine.



et puis , en dernier ressort, chaque humain(e) est unique et vouloir l'
enfermer dans les stereotypes structuralistes de représentation
"scientifique" (pardon Levy-Strauss) est une lourde erreur historique,
sans compter que les "ethnologues", même avec toute leur bonne volonté,
trimballent aussi leurs "habitus" merci Bourdieu.



Non! les tropiques ne sont pas tristes!!! ils peuvent tellement nous apprendre.

C'est ce que les brésiliens m' ont appris, à une époque où j' avais tellement honte d' être français.



Soyons donc, des citerriens, des citoyens de la terre, afin que l'
empathie pour l' Autre qui est Ailleurs soit une réalité opérationnelle.



Recemment, un ami, en intervention scolaire a réussi à faire se parler
une jeune d' origine bulgare avec un jeune d' origine turque, en leur
faisant traduire "étoile", dans leurs langues maternelles respectives.
Quand on sait que ces deux peuples ont passé des siècles à se
combattre, il y a pas mal d' émotion à voir ce qu' il est possible de
réaliser si les moyens de travailler correctement sont donnés.



A propos des SEL, l' autre jour François Plassard qui s' occupe aussi d' Eco-hameau disait: "seule la différence s' échange"



sem medo de ser feliz! sans peur d' être heureux!

sans roi, sans reine, sans dieu, ni maître, ni comte, ni sponville

à ta disposition

FRCitoyen:sunny:

Sam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jml



Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 20/03/2007

MessageSujet: un humain c'est beau   Jeu 22 Mar 2007 - 1:42

Il est emouvant ton message
merci de nous l'avoir donne

je crois que tu fais exactement ce qu'il faudrait que tout le monde fasse. Je ne sais pas comment ca s'appelle. Vivre son quotidien selon la conscience que l'on a du monde ? Parler par l'exemple plus que par les mots ?

ton message appelle une reponse, je vais essayer de la trouver.
Je ne peux pas te parler de ta vie, je vais te parler de la mienne.

Je n'ai pas la responsabilité de l'univers. La vie me demande de faire ma part et j'essaye de la faire. Cela ne sert à rien que j'essaye de faire plus que mes capacités, sinon à faire l'expérience de mes limites.
Plus je prends conscience du monde et de son fonctionnement, plus je prends conscience des souffrances qui s'y trouvent. Ainsi plus j'ouvre l'oeil, plus je souffre. Je crois que c'est pour ça que les gens préfèrent les garder fermés.
Je crois qu'ils font un mauvais calcul, parce que plus je suis capable de voir les choses et plus je vis. On dirait que la souffrance n'est pas incompatible avec la joie de vivre.

Souvent je ne suis pas en paix avec des personnes que je croise : elles m'agacent, réveillent mes tendances à revendiquer, me mettent en colère... alors tout ce que je peux leur dire ne fait que renforcer leurs résistances. D'autres fois je suis en paix intérieure à coté d'une personne, fut-elle un repris de justice, un militant FN, ou pire un automobiliste. Alors je n'attends rien d'elle (de quel droit je lui réclamerais quelque chose ?), je saisis tranquillement les occasions de la situation de montrer que des portes sont ouvertes. Souvent, si occasions il y a, la personne jette un petit coup d'oeil derrière une porte qu'elle n'ouvre jamais. Elle retourne vite à sa routine. On m'a forcé a sauter dans l'eau du grand bain dont j'avais très peur quand j'étais petit, je sais ce que ça fait, je ne force personne. Ça fait son chemin, ce n'est pas ma vie. La seule chose que j'y peux vraiment, c'est d'ouvrir plus les yeux, parce qu'en apprenant a le faire j'ouvre plus de portes.


alors pas de jugement, tu suis ton chemin, tu souffres, tout est normal...
j'espere que ca t'aide pour ton dilemme I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
myrramax

avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : Savoie
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: De l'insolubilité de ce dilemne...   Jeu 22 Mar 2007 - 17:24

Une prof que j'ai eu nous avait parlé de "la courbe d'involution de l'humanité". Ca se présente sous la forme d'un U. Au départ (en haut à gauche du U), la survie de l'humanité était basée sur la tribu. Au fur et à mesure de l'Histoire, cette unité de base s'est restreinte pour arriver à maintenant où l'individu est le plus important (cela se trouve en bas du U, au point de symétrie). Cette prof nous disait que si nous (en tant qu'individu) ne faisions rien, l'humanité n'aurait aucune chance de remonter cette parabole. Au contraire, si nous comprenions et faisions comprendre que notre survie passe par le bien être de l'autre (des 6 milliards d'autres), alors nous aurions une chance de remonter ce U.
Quel rapport?
Et bien, je ne crois pas que vous ayez eu la même prof que moi, et pourtant, en participant à ce forum, je me sens moins seule. Et l'avantage de ce type de discussion, c'est qu'on peut réfléchir à ce qu'on lit et à ce qu'on répond (on dira pas certaines fois mais bon...).
Vous m'apportez l'espérance.
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas S

avatar

Nombre de messages : 191
Localisation : sur un croc de boucher au milieu du désert
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: Re: De l'insolubilité de ce dilemne...   Jeu 22 Mar 2007 - 18:05

myrramax a écrit:

Vous m'apportez l'espérance.
Merci.

Je sais que vous pensez à moi en disant ça, Miramax, et ça me va droit au coeur. Car ensemble, tout devient possible sur les chemins de l'espérance, dans un monde entièrement repeint couleur flic, avec des caméras des fichiers des prisons des vigiles des matons des matous des toutous de partout. L'espérance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
myrramax

avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : Savoie
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: De l'insolubilité de ce dilemne...   Jeu 22 Mar 2007 - 18:10

Si déjà monsieur S vous pouviez orthographier mon nom de la bonne façon, ça me ferait du bien à l'identité nationale....
Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas S

avatar

Nombre de messages : 191
Localisation : sur un croc de boucher au milieu du désert
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: Re: De l'insolubilité de ce dilemne...   Jeu 22 Mar 2007 - 18:36

myrramax a écrit:
Si déjà monsieur S vous pouviez orthographier mon nom de la bonne façon, ça me ferait du bien à l'identité nationale....
Razz

Vous voyez qu'on est du même avis Myrramax, pour vous comme pour moi c'est important l'identité... Je suis sûr que nous allons repousser ensemble les frontières du Possible... entrons dans l'espérance identitaire-communautaire-sécuritaire-pénitentiaire-tortionnaire, enfin partager nos rêves, Myrramax... Comme je disais au président Bush il y a quelques heures "I have a dream... i look myself in the mirror and my hope is big".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'insolubilité de ce dilemne...   

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'insolubilité de ce dilemne...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ecole Steiner: gros dilemne
» Dilemme : emploi ou étude ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les électrons libres :: Le programme-
Sauter vers: