Les électrons libres

Un forum pour refaire le monde qui en a bien besoin
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La France balance entre nucléaire et renouvelables

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pascal



Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: La France balance entre nucléaire et renouvelables   Mar 6 Mar 2007 - 14:42

ACTU ENVIRONNEMENT

Energies -Publiée le : 05/03/2007

La France balance entre nucléaire et énergies renouvelables

Des associations nationales et quatre candidats à l’élection présidentielle s'unissent contre le projet EPR. Pendant le même temps, la France s’oppose à l’adoption d’un objectif contraignant de 20% d’énergies renouvelables en 2020 en Europe.

Les organisations et associations nationales (Agir pour l’environnement, Attac France, Confédération paysanne, France Nature Environnement, Greenpeace, Les Amis de la Terre, Réseau Action Climat, Réseau Sortir du nucléaire, WWF France) ont appelé aujourd'hui les candidats à l’élection présidentielle à s’engager dès maintenant à abandonner le projet de réacteur nucléaire EPR à Flamanville. Quatre candidats à la présidentielle avaient répondu à l'appel des organisations et associations : Dominique Voynet, Corinne Lepage, Olivier Besancenot et José Bové s'étaient réunis pour l'occasion.

Ils appellent à manifester le samedi 17 mars dans 5 villes de France pour ne pas rester prisonniers d’un modèle énergétique dépassé, centralisé, polluant et dangereux. Ces manifestations sont prévues simultanément à Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse, pour dire non à l'EPR et oui aux alternatives au nucléaire, ont annoncé les organisations à l'origine du projet.

Inscrit dans la loi d'orientation sur l'énergie et adoptée le 13 juillet 2005 par les parlementaires, l'EPR, technologie de réacteur à eau pressurisée, est un projet franco-allemand développé depuis 1992 par Siemens et Areva, destiné à prendre le relais des 58 réacteurs qui équipent actuellement les 19 centrales nucléaires françaises. Sa mise en service est prévue en 2012.

Le gouvernement pourrait signer prochainement le décret d’autorisation du nouveau réacteur nucléaire EPR. Les opposants au projet et notamment Greenpeace exhorte le Président de la République et son Premier ministre à donner la priorité à la lutte contre les changements climatiques et donc au développement des énergies renouvelables. Au lieu de signer un décret qui va autoriser un nouveau réacteur nucléaire dangereux et inutile, la France doit permettre le développement du secteur des énergies renouvelables, le plus à même de répondre au défi climatique, le plus dynamique économiquement et le plus créateur d’emplois, estime Frédéric Marillier, chargé de campagne énergie à Greenpeace.

Selon le collectif Stop EPR, le lancement d'une politique ambitieuse de maîtrise de l'énergie (sobriété et efficacité énergétique) et de développement des énergies renouvelables est la seule façon d'échapper à la crise énergétique liée aux risques nucléaires, à la raréfaction des ressources et au changement climatique.

Le collectif juge l'EPR aussi dangereux que les réacteurs nucléaires actuels avec notamment des risques de catastrophe nucléaire, des déchets ingérables et des rejets radioactifs.

La France et l'Allemagne qui ont des intérêts divergents dans la manière de lutter contre le réchauffement climatique s'affrontent d'ailleurs actuellement sur l'un des points du « paquet énergie », à savoir, la feuille de route de la politique énergétique européenne. Alors que l'Allemagne souhaite fixer un objectif contraignant de 20% d'énergies renouvelables à atteindre d'ici à 2020, la France s'y oppose.

Rappelons qu'en janvier, la Commission européenne avait présenté ses propositions concernant son plan d'action pour l'énergie destinée à lutter contre le changement climatique tout en renforçant la sécurité énergétique et la compétitivité de l'UE. Elle proposait aux 27 membres de l'UE de réduire de 20 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020, par le biais notamment de mesures dans le domaine de l'énergie. Pour réaliser cet objectif, la commission souhaitait des économies d'énergies et surtout des investissements dans les énergies renouvelables en proposant un objectif contraignant selon lequel 20 % de la palette énergétique globale de l'UE devraient être produite à partir de sources renouvelables d'ici 2020.

Mais contrairement à la demande de la Commission européenne, le Conseil énergie a décidé, le 15 février dernier, de ne pas rendre obligatoire l'objectif de consommation d'au moins 20% d'énergies renouvelables d'ici 2020, au lieu de 7% actuellement. Avant la réunion, l'Espagne, l'Italie, la Slovénie, le Danemark, la Suède ou encore l'Allemagne défendaient l'idée d'une quote-part obligatoire pour les renouvelables, tandis que la Grande-Bretagne, la France ou la Finlande y étaient opposées.

Mais aujourd'hui la France se retrouve de plus en plus isolée. Dans son édition du jeudi, le quotidien anglais Financial Times rapporte que la Grande-Bretagne a renversé sa position et s'apprête à soutenir les propositions européennes. Nous soutiendrons la proposition d'un objectif de 20% d'énergie renouvelable, a affirmé au quotidien anglais un porte-parole du gouvernement britannique.

De son côté, la France se dit prête à soutenir un objectif contraignant, si et seulement si cet objectif concerne les énergies dites « faiblement émettrices de carbone » c’est-à-dire si le nucléaire en fait parti, au même titre que le captage et le stockage de carbone. Car pour le gouvernement, la véritable question est de parvenir à une réduction importante de la production des gaz à effet de serre. L'objectif final qui compte, c'est la réduction de CO2, avait déclaré le 15 février dernier le ministre français de l'Industrie, François Loos. La façon dont cet objectif est décliné par les Etats membres dépend du mix énergétique de chacun. Mais pour Frédéric Marillier, l’opposition de la France au développement des énergies renouvelables est inacceptable. Le Président de la République doit rectifier le tir ou accepter de décrédibiliser la France pour longtemps sur les enjeux climatiques.» estime-t-il.

De plus, selon l'étude «Un courant alternatif pour le Grand Ouest » commanditée par le Réseau Sortir du nucléaire, l'EPR coûtera au minimum 3.3 milliards d'euros, payés directement par les consommateurs d'EDF. Selon cette étude, cette somme permettrait de produire autant d'électricité à partir d'énergies renouvelables et de créer 15 fois plus d'emplois. De son côté, Karine Gavand chargée de la campagne climat à Greenpeace France considère que soutenir un objectif européen contraignant est le moyen le plus efficace pour rassurer les investisseurs sur le développement du marché des énergies renouvelables, et pour lancer un signal fort à la communauté internationale à l’heure où s’ouvrent les négociations sur la prochaine période d’engagement du Protocole de Kyoto. D'autant que le secteur serait créateur d'emplois. La réalisation des objectifs 2010 déjà adoptés procurerait à elle seule plusieurs dizaines de milliers emplois, estime le Syndicat des énergies renouvelables qui considère que la France enverrait un signal fort au reste du monde en soutenant la proposition de l’Union Européenne d’un objectif contraignant de 20 % d’énergies renouvelables en 2020. Il appartiendra au sommet des Chefs d’État et de Gouvernement des 8 et 9 mars prochains de trancher.

C.SEGHIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laicite1905.com/index.htm
 
La France balance entre nucléaire et renouvelables
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Séisme et centrale nucléaire...
» TRICASTIN : "Sortir du nucléaire" réclame une date d'intervention à EDF pour la barre "suspendue"
» DCNS Cherbourg va construire une centrale nucléaire immergée
» Le réacteur nucléaire de Flamanville.
» Le pic de consommation et le nucléaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les électrons libres :: L'environnement-
Sauter vers: