Les électrons libres

Un forum pour refaire le monde qui en a bien besoin
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 le salariat n'a plus la cote

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
l'ouvrière de Boflic



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 22/12/2006

MessageSujet: le salariat n'a plus la cote   Jeu 8 Fév 2007 - 16:49


IL FAUT L’ENTENDRE : LE SALARIAT N’A PLUS LA COTE !

Contribution à la réflexion sur le programme de l’AU.
Une étude réalisée par l’IFOP du 31 août au 7 septembre dernier – portant sur " les jeunes et l’emploi " - révèle un mouvement profond qui ne devrait pas laisser indifférents celles et ceux qui travaillent à la construction d’une alternative unitaire au libéralisme ; à la question : " si vous aviez le choix, auriez-vous plutôt envie d’être … votre propre patron ? fonctionnaire ? salarié du privé ? ", 46% des 15-30 ans répondent : " votre propre patron " (33% en février 2005). Si ces résultats sont éloquents concernant le rejet du salariat par la jeune génération, la comparaison avec 2005 révèle une accélération du mouvement à laquelle la mobilisation anti-CPE du printemps dernier n’est sûrement pas étrangère.
Rejet du salariat, qui touche aussi bien l’emploi public que l’emploi privé, puisqu’entre février 2005 et septembre 2006, ceux qui se verraient bien " fonctionnaires " passent de 24 à 20% quand ceux optant pour la perspective du " privé " passent de 43 à 34%. Notons que dans cette dernière catégorie (le " privé "), la seule sous-partie qui progresse (de 3 à 5%) concerne celles et ceux qui se verraient bien travailler pour une " association " ; ce qui donne un renseignement qualitatif sur leurs motivations, que j’interprète pour ma part comme la recherche d’une activité " socialement utile " qui ne soit pas soumise à des impératifs de rendement financier à court terme.
Que la jeune génération reprenne à son compte – bien que n’en étant généralement pas instruite – la critique marxienne de l’aliénation salariale me semble bigrement intéressant pour qui ne perd pas de vue que le salariat, qui fait de la force de travail une marchandise, est au principe du capitalisme … A condition de ne pas laisser le MEDEF et ses supplétifs capter cette aspiration en rebaptisant tout ce beau monde " entrepreneur ", à l’instar des maîtres du CAC40. (Être " son propre patron " et être " patron ", ce n’est pas la même chose !) Donc, comment répondons-nous à cette aspiration ?

Je pense qu’un anti-libéralisme conséquent se doit d’affirmer que "le travail n’est pas une marchandise" : il est la qualité spécifique de toute activité humaine par laquelle chacun(e) se construit soi-même en construisant le monde qui l’environne ; le travail est le principe de l’hominisation, il n’est donc pas d’émancipation des personnes qui ne passe par l’objectif de redonner à chacun(e) la pleine maîtrise de son activité et donc de son propre développement. Ce que le salariat ne permet pas, par nature – puisque celui qui achète de la force de travail à déjà décidé ce qu’il allait en faire, indépendamment de la volonté de celui qui la (se) vend. C’est donc nécessairement à son "dépassement" qu’il faut s’atteler.
Si la proposition du PCF de Sécurité Emploi-Formation (SEF) – qui inspire largement le texte de l’AU - constitue un effort notable pour dégager le travail humain de la logique marchande, je ne pense pas que l’on puisse, comme le font ses promoteurs, parler de dépassement du salariat, puisque chaque travailleur y demeure soumis à la nécessité de se trouver un employeur.
Or, poser politiquement la question de l’éradication du chômage en régime capitaliste implique de poser celle du monopole du capital sur la " sélection " des activités humaines dignes d’intérêt en fonction d’un critère unique : " les actionnaires veulent tant (20-25% aujourd’hui pour les fonds d’investissement … combien demain ?)", en conséquence de quoi, toutes les activités qui ne permettent pas d’espérer de tels rendements seraient obsolètes, indépendamment de leur utilité sociale. C’est bien là l’origine structurelle de l’accroissement du chômage mondial à laquelle la SEF ne change rien – sauf à envisager l’alternative au libéralisme comme un " néo-étatisme " qui ne saurait, d’ailleurs, résoudre le problème de l’aliénation !
Il faut se rendre à l’évidence : nous sommes arrivés à ce moment où le mode de production salarial-capitaliste est devenu une entrave au développement humain et aucun retour en arrière n’est possible. Un antilibéralisme conséquent appelle l’engagement immédiat du travail de dépassement du salariat tel que nous le connaissons, que l’employeur soit public ou privé.
Comment faire ? Certainement pas faire du salariat – fût-il " sécurisé " - la seule perspective d’une génération qui n’en veut pas : toutes proportions gardées, il ne me souvient pas que, partant à l’assaut de l’Ancien régime, les serfs se soient, en 1789, enthousiasmés pour une " sécurisation du travail servile " … les prolétaires du 21ème siècle n’ont pas moins d’ambition, et c’est tant mieux !
Il est pour le moins paradoxal, dans un tel contexte, que le PCF – qui se pose en exécuteur testamentaire de Marx – éprouve autant de difficultés à s’émanciper du modèle salarial (quoique, si l’on se réfère à la sociologie de ses directions, le paradoxe n’est qu’apparent …).
Quoi qu’il en soit, Marx définissait le communisme comme " la libre association des travailleurs ", " société où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous ". Je le rejoins et je soutiens que la " libre association " implique nécessairement la " liberté de ne s’associer que si on le décide ". Il me semble que cette étude ne dit pas autre chose : l’aspiration au communisme est là, dans le refus qu’exprime ces jeunes de laisser enfermer leur travail dans une camisole salariale où ils perdront nécessairement la maîtrise de leur propre développement, dans ce " mouvement réel qui critique l’état actuel " où la seule alternative qui s’impose à eux est le chômage ou l’aliénation salariale.
Je pense donc que nous aurions intérêt – en appui au statut du salariat – à établir un " statut du travail indépendant et de l’exploitation familiale ". Car entre l’alternative chômage/salariat et l’alternative salariat/travail indépendant, la dialectique n’est pas la même : dans le premier cas, le capital est en situation hégémonique, dans le second cette hégémonie lui est contestée à partir d’un critère qui n’est plus le rendement financier mais l’efficacité sociale – ou " valeur d’usage ".
Il ne s’agit pas de décréter " l’abolition du salariat ", mais d’initier une dynamique sociale tendue vers son dépassement effectif. D’autant que la révolution informationnelle, dont Internet est la figure de proue, ouvre à la " libre association des travailleurs " des territoires inexplorés – des utopies – qui ne demandent qu’à devenir des lieux-communs. La condition concrète de ceux qui demeureraient salariés aurait tout à y gagner.
Alors concrètement, je propose de transférer au " travail indépendant " les sommes actuellement octroyées aux employeurs sur les bas salaires : maintien du RMI à concurrence du SMIC (avec les sommes allouées au RMA), exonération de cotisations sociales jusqu’à 1,5 SMIC et mise en place d’un barème de cotisation progressif, prenant en compte le chiffre d’affaire mensuel, financées par le transfert des exonérations de cotisations sur les bas salaires pour les entreprises - qui s’élèvent en 2005 à 22,2 milliards d’Euros (l’équivalent de 1,2 millions de SMIC annuels), etc … Le titre de cette partie deviendrait " sécuriser le travail ".


Le NON majoritaire du 29 mai avait 2 caractéristiques : " NON de gauche " et " NON de classe ". Le succès de l’AU en 2007 dépendra de notre capacité à renouveler cette convergence " de classe " sur un projet politique.

Quelles sont les " catégories sociales " qui ont majoritairement voté NON le 29 mai ? Les chômeurs (75%), les ouvriers et les agriculteurs (70%), les employés (63%), les travailleurs indépendants (58%), les " professions intermédiaires " (54%), on peut également spéculer sur ce qu’aurait été le vote des étudiants (46% de NON) si le mouvement anti-CPE avait eu lieu avant le référendum … Je pense que nous avons-là " l’arc sociologique " que l’AU devra rassembler majoritairement si nous voulons gagner en 2007 et que la proposition que je formule est de nature à permettre à tous ceux-là de se reconnaître une communauté de destin dans la diversité de leurs pratiques, à condition de la situer explicitement dans la perspective de dégager le travail humain des critères que lui impose le capital financier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
laure



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 25/01/2007

MessageSujet: le salariat   Mer 28 Fév 2007 - 15:37

Il y a longtemps que je n'avais pas lu un propos si pertinent, beaucoup de jeunes rêvent d'être artisan, bien faire son travail, être estimés de leur clientèle, respectés par leurs apprentis, et, sans forcément gagner des milles et des cents, avoir ce qu'il faut pour vivre et rêver.
Seulement , personne n'a les mêmes envies que son voisin, et si il n'y a pas un projet de société solide passant par un service public, afin d'éviter que ceux qui ne pensent qu'à profiter de tout sans jamais rien donner, ne puissent le faire en toute tranquillité, et même , l'ériger en systeme.
UTOPIE???
Ce qui serait bien, c'est que cette fameuse loi sur la formation continue, permette à tout âge de changer de travail, d'évoluer, sans prendre des risques inconsidéres financiers.
En fait, gérer la cité, ce n'est pas facile et pourtant cela reste avant tout une reflexion philosophique et des actions volontaristes, avant de n'être
qu'une question économique. Alors si les jeunes ne sont pas instruits, il leur reste la possibilité de n'être que vaguement vélléitaires.
a qui la faute?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
themroc

avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: le travail n'est pas une marchandise?   Mer 28 Fév 2007 - 16:10

le travail n'est pas une marchandise? qu'elle hérreure te ta par laure. le travail du travailleur est la source de la production de la marchandise donc source de production de richésse est ce la base du capitalisme ce l'exploitation de la force de travail du travaillieur par le partron ce la logique de la propriéter par le vole du dur la beur du travaillieur en échange d'un salair qui reste toujour inférieur de profi de cette force de travail en fin tu aurai du lire le kapital de marx study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
laure



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 25/01/2007

MessageSujet: le salariat   Mer 28 Fév 2007 - 17:23

Tintin, pourrais tu faire un minimum d'effort pour l'orthographe? j'ai beaucoup de mal à comprendre ce que tu dis.
j'ai lu Marx, ne t'inquiète pas trop de mes références, sais tu qu'il y a des gens qui aiment leur travail? ça existe, je te le certifie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frédo

avatar

Nombre de messages : 380
Date d'inscription : 21/12/2006

MessageSujet: Re: le salariat n'a plus la cote   Mer 28 Fév 2007 - 20:06

qu' il y ait des gens qui aiment ce qu' ils font je veux bien le croire...mais quelles sont leurs activités...ce sont des artisans, des gens qui n' ont personne sur leur dos pour vérifier et mettre la pression...bref ce sont des indépendants.

ils font souvent de leur passion un métier...ça arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
themroc

avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: le salariat n'a plus la cote   Ven 2 Mar 2007 - 1:04

le salariat n'a plus la cote on va pouvoir passer a léttape suis vent selle du droit a la paresse! prolétaire de tout les pays démitionez! l'argent gratuit! a bas le travail aliéné! expropriation des richesse et de la marchandise!
medefe tu nique les chômmeurs allor dégage! lol! tintin toujour dans le camps des chômmeur heureux! flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le salariat n'a plus la cote   

Revenir en haut Aller en bas
 
le salariat n'a plus la cote
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2 REP cote d'ivoire
» Offres de postes en salariat dans votre région...
» Une collaboration qui sent mauvais! Besoin de vos lumières svp!!!! (salariat déguise?)
» administratif - avantages de la grossesse en salariat
» Passer du libéral au salariat..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les électrons libres :: Le programme-
Sauter vers: